top of page
Rechercher

À tous ces enfants libres qui vivent de fond de chacun de nous,



On a tous dans le cœur l’agitation de l’enfant libre qui rêve d’escalader des montagnes, de devenir l’empereur des cieux inexplorés, de mettre les voiles et de tout abandonner. 

On a tous dans le cœur l’insouciance de l’enfant qui plonge dans la neige et s’élance tête baissée dans un champ de pâquerettes aux couleurs de l’été indien. 
Un enfant qui explore le jour, défie les heures et brave l’ennui. 
Un enfant qui rêve la nuit, combat les dragons et qui n’a besoin d’être sauvé par aucun prince.

“Moi, plus tard, je serai aventurier s’époumone l’enfant qui sait que derrière la colline s’étire un monde infini. 

Et pourtant combien d’âmes joueuses et d’enfants rebelles oublient les promesses qu’ils s’étaient faites et finissent par s’enchaîner aux murs d’une société qui castre les rêves et délimite le champ des possibles pour n’en faire qu’un espace réduit qui tient dans le creux d’une main ? Combien d’enfants ont grandi et sont devenus des adultes qui oublient le bruit des vagues et l’odeur du beurre salé ? Combien ont rangé leur projet secret de faire le tour du monde ou de devenir des savants fous ? Combien ont arrêté de regarder par la fenêtre, car on leur a assené trop de fois la rengaine que l’on n’était pas là pour rêvasser? Combien de rêves avortés ? D’envies refoulées et d’espoirs assassinés ? À tous ces enfants libres qui vivent de fond de chacun de nous, j’ai envie de crier : “ relevez la tête , ne devenez pas les destructeurs de la spontanéité et les meurtriers de la légèreté. Par pitié. Ne soyez pas les ambassadeurs de la routine qui ordonne et du contrôle qui mesure chaque seconde. 

Relevez la tête et tapez du poing si votre adulte avance sans penser, sans ressentir et sans aimer. Ayez le courage de votre folie et la folie de votre grandeur. Ouvrez les fenêtres en grand. Arrachez les portes. Faites résonner votre liberté, et retentir vos rêves.


Enjambez des murs, dansez jusqu’à l’aube dans une immense forêt, plongez dans un océan rugissant. 
Oubliez le froid. Bravez la chaleur. Explorez, courez, tombez las de fatigue à la fin de jour. 
Chantez sous la pluie. Prenez un aller simple pour Rio, Cherbourg ou l’île de Ré. 

Moquez-vous des distances. Riez des normes.

Embrassez votre voisin, et tourbillonnez sans musique. 
Sauter dans un train, un bus ou même dans vos baskets. 

Bousculez la routine et faites de votre quotidien l’aventure d’une vie. Le récit de votre propre héros.

Vous n’avez pas besoin d’aller loin. Vous n’avez besoin d’aller nulle part. Partout, commence ici. Toujours, débute maintenant. Autorisez-vous à y croire. Embrassez vos rêves et touchez-les du doigt. Vous êtes libre. L’adulte dans le miroir de votre salle de bain s’illusionne avec un million de responsabilités, d’exigence et de rigueur, mais l’enfant libre sait qu’il est toujours temps de vivre. Alors, ne lâchez pas les bras, ne laissez pas le gris devenir le pantone de votre existence. Prenez l’enfant libre et rieur que vous étiez par la main, racontez-lui des histoires et emmenez-le voir des arcs en ciel. Dites-lui d’explorer, de courir, de vivre. Dites-lui d’aimer sans compter et sans retenue. Et surtout, dites-lui ne pas tarder. La liberté ne se procrastine pas. La vie ne se reporte pas. Alors, ouvrez la porte et osez embrasser les rêves de l’enfant libre qui s’agite encore en vous !


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page