Rechercher

Aime ton ombre



On m’a souvent dit que j’étais intense, Dráma queen, trop émotive, trop susceptible. Alors, j’ai fait ce que font la plupart des personnes font. Je me suis adaptée. Sur une adaptée même. Ne pas faire de vague et rentrer dans le moule. Mais je crois que ce n’était pas fait pour moi. Alors j’ai cherché un autre chemin. J’ai troqué la dissimulation et le changement de qui j’étais par l’acceptation. Car non, je ne suis pas “intense”, je suis sensible. Je ne suis pas “trop émotive”, je vis pleinement mes émotions. Je ne suis pas éparpillée, je suis créative.


Et non, je ne crois pas que je me pose trop de questions, en revanche je crois que le monde ne s’en pose pas assez. Je ne suis ni naïve ni innocente, j’ai des rêves, et des visions. Grands peut-être. Empreint d’idéalisme sûrement. Mais j’y crois. Parce qu’il cette vérité en moi qui cherche à s’exprimer par tous les pores de mon être. Cette vérité que “la vie ce n’est pas juste ce qu’il parait”. Il y’a plus. Tellement plus d’amour, tellement plus de beauté que ce qu’on voit d’un coup d’œil rapide et sans s’attarder.



La vie n’est pas toujours ce long fleuve tranquille qu’on nous avait promis. Et je l’ai appris au grés des torrents du destin. Et plus j’avance sur mon chemin, plus je me rends compte du peu de choses que je sais. Mais s’il ne me restait qu’une certitude, cela serait surement celle-ci: ma sensibilité est une force, et ma vulnérabilité une invitation. Une invitation pour t’accompagner à toi aussi rendre les armes, et explorer cette partie que tu as souvent fait taire, et mise de côté. Cette partie qui a besoin d’espace, et qui veut seulement être comprise et entendue.

Aujourd’hui, je comprends davantage de nombreuses choses: les questions existentielles depuis toujours, les doutes et les vagues émotionnelles. Je comprends et j’accepte. Car je sais que mon vécu a fait de moi la personne que je suis. Je sais que cela m’aide à être dans l’empathie, et dans le non-jugement le plus sincère. J’ai cessé de vouloir d’être que lumière et joie, car je sais que c’est aussi mes peines, et mes ombres qui me permettent aujourd’hui de comprendre au-delà des mots. De sublimer les maux. Si aujourd’hui, je peux te parler d’autocompassion, et d’acceptation, c’est parce que je sais.


Je sais le chemin, je sais les doutes, je sais les chutes. Je sais les larmes, la nuit, et l’exigence le jour. Je n’ai pas seulement lu quelques livres sur le développement personnel, je l’ai expérimenté dans mon corps, et dans ma chaire. Tout n’a pas toujours été rose, et tout ne l’est toujours pas.


Mais j’ai fait la paix. Avec mon passé, avec mon histoire, avec moi-même. Et je rencontrerai d’autres difficultés, et j’apprendrai encore, je me transformerai à nouveau. Et de chaque apprentissage, je ressortirai un peu plus grandie, grandie en apprentissage et en conscience.


Parfois, je me dis que la vie c’est seulement cela : douter, apprendre, intégrer, transmuter, et transmettre. Encore et encore. Alors si je ne devais te dire qu’une seule chose cela serait : aime ton ombre. Car un jour, tu réaliseras que c’est elle qui t’a amené à devenir la personne que tu es.


Et alors tout prendra son sens.



93 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout