Rechercher

Entre sens et liberté

Dernière mise à jour : 19 août








Tu n’avais qu’une obsession : la liberté.Tu voulais dépendre ne rien ni de personne.Tu voulais étendre tes ailes et survoler la planète.Tu voulais frôler le sol de chaque continent, en te revendiquant de chaque lieu et d’aucun endroit à la fois.Tu rejetais les idées populaires, mais tu ne voulais pas non plus appartenir aux excentriques et aux anarchistes.Une pensée ni classique ni anti-conformiste.Un entre-deux aussi grisant que déroutant.Et tu as cheminé.Les yeux pleins de rêves, et les jambes remplies de kilomètres.Libre.


Tu refusais de te soumettre, de te conformer.Tu refusais cette vérité qu’on t’avait imposée, parce que quelque chose en toi hurlait, et criait.Liberté.Tu refusais les dogmes.Et rejetais les interdits.Tu ne te fiais que de ton cœur, et tu te moquais des histoires populaires.Tu avais besoin de toucher, de sentir ce monde qui semblait si grand, si plein de trésors aux teintes d'ailleurs.Tu avais besoin de te saisir d’un peu de son intensité à cet univers si intrigant.Saisir ses mystères.


Et même si, c’est vrai, tu étais parfois étourdie par tant de possibilités.Parce que tu savais que même en vivant mille ans, tu n’aurais pas le temps de faire le tour de ce globe, qui même s’il ne tournait pas toujours rond t’emplissait d’une beauté insaisissable.


Tu as longtemps cru que la liberté se trouvait dans l’absence de contraintes.Comme une forme de vide souverain.Un rien à dire.Un rien à faire.Une page blanche sur laquelle tu pourrais jeter les couleurs de ton imagination et les laisser créer des formes pleines d’histoires et pleines de vie.Tu voyais la liberté comme le vide dans lequel pouvait s’écrire le champdes possibles.
Alors tu partais, enfant insouciante sur les routes du monde.Les poches vides, et le cœur plein.Les sourires étaient ta monnaie d’échange.Ton retour sur investissement se calculait en souvenirs.Rien ne comptait.Tu vivais l'instant avec la conscience presque trop prononcée que tout pouvait s'arrêter.

Et peut-être que cette danse itinérante aurait pu durer toute une vie, mais sur la scène de ton cœur, est apparue une autrevaleur.Cette quête, tout aussi puissante, qu’on nommait sens.Et cette danse solitaire a dû se transformer.Créer une symbiose.Une harmonie.Une nouvelle forme d’équilibre.Sens et liberté.Changement de paradigme.Naissance d’un ballet.Le sens de la liberté.Et la liberté du sens.Et alors, la liberté est devenue autre.Elle a changé de forme et de visage.Comme la jeunesse qui meurt pour laisser place à la beauté de la maturité.


Tu as dû ranger des ailes.Tu as du mettre ton besoin de voler en suspens pour venir t’ancrer.Se croire oiseau et devenirarbre.La mutation inattendue.Difficile transition.Changer les règles du jeu, et composer avec cette nouvelle nécessité.Avec ce besoin au plus profond de toi d’incarner qui tu étais au-delà du mouvement et des lieux dans lesquels tu déposais un peu de ton essence.Tu as voulu t’ouvrir au monde.Mais pas juste en sillonnant ses vallées, et en t’allongeant au bord de ses lacs.T’ouvrir au monde, pour y jouer ton rôle.Et alors la liberté est devenue autre.


Elle est devenue cette urgente d’être toi, au-delà de tes peurs, de tes doutes.Ce besoin d’aimer inconditionnellement.Ce besoin de t’affranchir des cadres.Sortir de la carte.Mais pas celle de ton GPS, celle que tes croyances te dictaient, celle que tu as laissé les autres dessinaient pour toi.Alors, à nouveau, tu as pris un sac, mais pas un sac à dos fait de toile, un sac rempli d’histoires et d’expériences, et tu as commencé à le vider.Sans bouger.Sans trépigner.


Tu as appris une autre liberté.Moins Instagramble, et plus durable.Ce sentiment d’être pleinement auxcommandes de ta vie.Et aujourd’hui, tu composes tant bien que mal avec ce cœur nomade et cette envie de prendre les voiles, et ce besoin de stabilité, cette envie de construire.


Et tu chevauches entre ces deux mondes.Légère et ancrée.Tu n’y arrives pas tous les jours.Mais tu te forces à essayer, chaque jour.


Et peut-être que finalement la liberté n’est rien de plus que cela des tentatives pour t’envoler, en gardant les pieds sur terre.


Un corps à corps entre le sens et la liberté.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout