Rechercher

Peut-on vraiment rater sa vie ?





J’ai longtemps eu une peur irrationnelle.Celle de ne pas y arriver.Quoi ?Je n’en savais rien.Juste ne pas y arriver.Le fameux “ rater sa vie”.L’échec.La réussite.Des mots pourtant neutres du dictionnaire, mais qui très vite peuvent se teinter d’une charge émotionnelle qui crispe, immobilise et invite l’angoisse dans la danse.Et cette angoisse me faisait valser un tourbillon de projections négatives. Un avenir vide.Sans amour, sans possession, sans amitié, sans reconnaissance.J’ai appris à faire face à ces angoisses, et à les observer. J’ai appris à me demander : le pire du pire, est-il un avenir possible ?Peut-être. A-t-il des chances de se réaliser, entrainant la perte de TOUS mes piliers à la fois ?Peu probable. Quel est le lien réel entre ma peur projetée et ma réalité ?Souvent, il n’existe pas, et cela nous renvoie à quelque chose de plus profond. C’est ce quelque chose de plus profond que j’ai appris à questionner, et à aller de sous le tapis.Derrière la peur d’y arriver, on retrouve souvent d’autres peurs plus ancrées : la peur de ne pas être assez, le besoin de reconnaissance, la peur de ne pas être valorisé.e. Et si on cherche encore que reste-t-il ?La peur de ne pas être aimé.e, sûrement. Mais à nouveau, à quel point cette peur est-elle fondée ?Et qui a peur ?Est-ce l’enfant à l’intérieur de moi ?Ou l’adulte que je suis à présent ? Qui a peur de ne pas être assez, de faire trop, de prendre trop de places ? De qui n’ai-je pas reçu cette approbation dont j’ai eu à un moment besoin ? Autant de réponses que d’individus.C’est certain. Mais il y’a une constante derrière ces questions. Elles dérangent.Elles piquent.On n’a pas envie de s’y frotter.Je sais.Alors, quand cette angoisse monte et s’illustre dans l’idée “rater sa vie”, on a deux choix : rester dans cette peur déraisonnée, s’agiter pour donner l’illusion que ça va mieux, s’immobiliser pour ne plus y penser.On peut créer des illusions de contrôle.On peut se battre, encore et toujours pour prouver qu’on fera mieux que les autres, et qu’une fois en haut de la pyramide, alors les autres seront presque forcés de nous le donner ce respect, cette reconnaissance.Ou aller affronter cette peur, aller voir ce qui est derrière, aller regarder ce qui fait mal, ce qui est douloureux.


Regarder en arrière, et réparer des bouts d’histoires douloureuses.


Mais on n’a pas envie. Normal. Ca fait peur.

Alors on se raconte des histoires.

On n’a pas le temps. Pas la motivation. Pas l’envie.


On s’autoconvainc qu’on a mieux faire que d’aller mieux.On laisse ça à plus tard.Et finalement cette fuite donne raison à la peur.Elle la laisse prendre de la place.Elle l’étouffe quand elle revient, mais jamais ne lui donne de vraie place.Car elle reste là.Prête à resurgir en chaque instant.Peut-on réellement rater sa vie ?En fait cette question n’a pas d’importance.Peut-être qu’au fond tout ce qui compte, c’est à la fin du jeu : qui j’ai envie de laisser gagner : l’amour ou la peur ?

Encore une fois, pas un amour illusoire, pas un amour qui vient de l’extérieur, mais juste cette lumière à l’intérieur de soi.L’amour de soi. Et si l’on apprend à s’aimer vraiment dans chaque extrémité de son être, alors que ce passera-t-il s’il l’on perd tout ? On recommencera. Encore et encore. Alors, je me demande, je te demande, peut-on réellement rater sa vie ?



18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout